logo bse electronic

Electronic
Manufacturing
Services

Building Success Together

01
JUIL
2015

BSE Electronic, avocat du Made in France

comment : 0

Depuis qu’il a remporté, l’an dernier, le marché de la tablette numérique culinaire Qooq de la société Unowhy, le sous-traitant de cartes et équipements électroniques BSE Electronic accumule les succès. Depuis, la firme du Creusot (Saône-et-Loire) a sorti les premières séries du fameux casque audio 3D imaginé par la start-up 3D Sound Labs et remarqué au dernier Salon de la high-tech de Las Vegas, le CES. Mais rien ne rend son dirigeant plus fier que de rapatrier une fabrication de Chine. C’est le cas d’un système de téléassistance du groupe Legrand. « Nous avons entièrement repensé le process de façon à réduire la part de la main-d’oeuvre de 35 % à 2 %, explique Marc Balussaud, le PDG, ainsi, les écarts de prix avec l’Asie ne sont plus aussi importants pour les séries inférieures à 100.000 pièces. »

Depuis qu’il a pris la présidence de BSE Electronic en 2011, où il avait fait ses premières armes, Marc Balussaud a élargi ses compétences de simple monteur de composants électroniques. Les prestations de la PME incluent désormais le cahier des charges, le prototype, la fabrication et même la logistique. Bénéficiaire du crédit impôt recherche, elle vient de lancer un processeur embarqué pas plus gros qu’une carte de visite.

Objets connectés

Cette évolution s’appuie sur une quinzaine d’ingénieurs et de techniciens et, pour la production, sur une ligne de fabrication automatisée de haute capacité (8 millions de composants par an) acquise en 2013 pour 2 millions d’euros. Elle relève aussi d’un ensemble de fournisseurs avec lesquels la firme entretient des relations d’affaires privilégiées. Dernier en date, le partenariat avec l’éditeur de logiciels nantais IS2T lui apporte l’interface qui lui manquait pour réaliser des objets connectés concurrentiels. Selon son concepteur, cette plate-forme qui permet de créer des applications d’usage dans des délais réduits divise le coût de la chaîne de fabrication par deux. « Nous avons déjà quelques beaux dossiers à l’étude, notamment dans le secteur médical », affirme Marc Balussaud.

De quoi doper sa croissance. Le chiffre d’affaires a progressé de 17 % en 2014, à 15,7 millions d’euros, avec 89 salariés. De quoi aussi assouvir sa faim de made in France.

Christiane Perruchot, Les Echos
Correspondante à Dijon

Effectif : 85 salariés
Chiffre d’affaires : 15,7 millions
Activité : électronique