logo bse electronic

Electronic
Manufacturing
Services

Building Success Together

05
JUIN
2019

Article Creusot Infos : « La French Fab de Saône-et-Loire portée par BSE et ATS »

Elle a été créée à l’initiative des entreprises BSE et ATS et a été présentée à la Ministre.

Si la Communauté Urbaine Le Creusot – Montceau est considéré, à juste titre, comme un territoire de «grosse industrie», elle a aussi d’autres pépites. C’est le cas d’ATS, à Montchanin et de BSE au Creusot. Les deux ont officialisé lundi, devant Agnès Pannier-Rutacher, la création de la «French Fab» de Saône-et-Loire. Un label qui s’adresse d’abord aux PME et aux PMI, mais aussi aux TPE et évidemment aux grands groupes industriels.
Il s’agit d’additionner les talents pour mieux répondre aux besoins des entrepreneurs et notamment à ceux des industriels.
Cette French Fab a été présentée par Sandrine Lonak de BSE et Romain Pellet de l’entreprise ATS. Ils l’ont fait avec foi et enthousiasme. Car les succès de industriels de demain se construisent aujourd’hui.
«En Saône-et-Loire et sur le plan national des projets émergent, essaiment, se développent pour créer de l’emploi et des richesses, de la solidarité, sauvegarder et valoriser les écosystèmes, redynamiser les territoires et faire rayonner la France dans le Monde», a t il été expliqué.
«En diffusant des expériences innovantes, des succès générateurs d’impact dans les domaines économiques, sociaux et environnementaux, nous avons la conviction de pouvoir susciter l’envie à des jeunes diplômés mais aussi à des salariés confirmés de rejoindre notre Industrie de Saône et Loire».
La reconnaissance de l’excellence et de la créativité est un autre objectif, «car il est urgent de découvrir les pépites industrielles du département, pour identifier les synergies».
A leur sujet, Sandrine Lonak et Romain Pellet ont pris en exemple Michelin qui s’appuie sur «l’excellence de la recherche au Creusot sur les problématiques de vision pour améliorer la performance de son usine de Blanzy».
Une dynamique et synergies résumée par Sandrine Lonak : «Chassons en meute !»
Et c’est un magnifique coq que Rodolphe Roy, le dirigeant d’ATS, a remis à la Ministre, pour symboliser le lancement de la French Fab en Saône-et-Loire.

Alain BOLLERY

 

20
MAI
2019

Article JSL : « Les Industri’elles week pour changer les mentalités »

Les Industri’elles week, organisées au Creusot en direction des collégiens, visaient à montrer que les femmes peuvent aussi travailler dans les industries.

Maguy Gaudet (avec la feuille) à côté de Sandrine Lonak (BSE) et d’Ivan Kharaba, directeur de l’Académie François Bourdon.  Photo JSL /J.F.

Maguy Gaudet (avec la feuille) à côté de Sandrine Lonak (BSE) et d’Ivan Kharaba, directeur de l’Académie François Bourdon.  Photo JSL /J.F.

« Le but est de faire comprendre que les femmes peuvent aussi travailler dans les industries. »  Maguy Gaudet, ex-enseignante

 

Organisées par la ville du Creusot et portées par Maguy Gaudet, conseillère municipale, les Industri’elles week ont rassemblé jeudi après-midi, au Pavillon de l’industrie, trois classes de quatrième des collèges Croix-Menée, Centre et Epontot. « Le but est de restituer le travail élaboré après leurs visites des entreprises BSE Electronic et Pas à Pas et faire comprendre que les femmes peuvent aussi travailler dans les industries », détaille avec passion Maguy Gaudet, ex-enseignante de technologie qui a toujours défendu cet état d’esprit auprès de ses élèves.

 

Interviews, montages vidéo…

Le rappel historique par Ivan Kharaba, directeur de l’Académie François Bourdon, sur la reconnaissance de la qualité du travail des femmes au Creusot après la guerre, a introduit les présentations des élèves. Ils se sont alors exprimés sous forme d’interviews, de montages vidéo, etc. Les idées de lutter contre les stéréotypes, défendre l’égalité des salaires et des droits pour changer les mentalités ont été verbalisées, il reste maintenant à les appliquer.

 

12
AVR
2019

Article Montceau News : « Visite de BSE Electronic par une classe de seconde du lycée Henri Parriat de Montceau »

21 élèves ont suivi le process de cartes et produits électroniques complets

 Lundi 8 avril, 21 élèves garçons et filles ont suivi le process de cartes et produits électroniques complets en visitant les locaux de l’entreprise creusotine, accompagnés de Mme Claire Bruneau-Leblanc , enseignante en Economie-Gestion et de deux autres enseignants de l’établissement.

Au cours de cette visite ils  ont pu découvrir, entre autres, les nouveaux produits SENSTROKE « capteurs pour connecter les baguettes de batterie » présentés par Creusot Infos, la semaine passée  et également voir l’ilot SQOOL, tablettes utilisées au Lycée H. PARRIAT avant d’être accueillis par H. PENGUE, Ingénieur R&D Radio, dans la cage de faraday pour comprendre ce qu’il faut vérifier et sécuriser afin d’obtenir les normes nécessaires pour la mise sur le marché d’un produit …

De plus, Pascal POULACHON, Technicien Qualité et Ludovic JEANDEAU, Chef de projets,  leur ont fait une démonstration d’utilisation de l’équipement Rayon X. Enfin,  Sandrine Lonak, Responsable Développement commercial, pour sa part,  leur a donné une visibilité sur l’ensemble des métiers de l’entreprise et rappelé l’importance de la French Fab pour les emplois, le territoire et l’avenir de l’Industrie !

Visite BSE entreprise electronique Creusot student lycee Parriat enseignement Montceau-news.com 0904198

 

 

 

 

Visite BSE entreprise electronique Creusot student lycee Parriat enseignement Montceau-news.com 09041981

 

 

 

Visite BSE entreprise electronique Creusot student lycee Parriat enseignement Montceau-news.com 09041982

 

 

 

Visite BSE entreprise electronique Creusot student lycee Parriat enseignement Montceau-news.com 09041983

 

 

 

Visite BSE entreprise electronique Creusot student lycee Parriat enseignement Montceau-news.com 09041984

 

08
AVR
2019

« Lion’s Club, BSE Electronic soutient en local »

CHOCOLAT

David Marti Maire du Creusot, Sandrine Lonak BSE Electronic et Denis Colombe Président du Lion’s Club

La visite inaugurale du Salon a eu lieu samedi matin. Elle a été menée par le Président Denis Colombe, en présence de plusieurs personnalités, dont David Marti, maire du Creusot, Rémy Rebeyrotte, député de Saône-et-Loire, Laurence Borsoi et Bernard Durand, conseillers départementaux. Denis Colombe comme David Marti se sont félicités de l’engagement des chocolatiers pour la réussite du salon.

A noter les présences des donneurs de sang, d’un stand pour le dépistage du diabète, d’une exposition de photos signées Pierre Grillot, mais aussi de peintures de Régine Lamotte. A noter aussi que cette année, le Lions Club du Creusot, bénéficie du soutien de l’entreprise BSE Electronic

Article Creusot Infos – Photos Creusot Infos  & Lion’s Club

CHOCOLAT 3

CHOCOLAT 8

CHOCOLAT2

CHOCOLAT 9

CHOCOLAT 7

CHOCOLAT 5

CHOCOLAT 4CHOCOLAT 1

04
AVR
2019

Journal de Saône-et-Loire : « Les tablettes éducatives Sqool ont vu le jour dans le département… »

Les tablettes éducatives Sqool ont déjà été déployées dans plus de 200 collectivités : 30 Départements (pour les collèges), cinq Régions (pour les lycées) et plus de 150 Villes (pour les écoles).  Photo JSL

Les tablettes éducatives Sqool ont déjà été déployées dans plus de 200 collectivités : 30 Départements (pour les collèges), cinq Régions (pour les lycées) et plus de 150 Villes (pour les écoles).  Photo JSL

 

Jusqu’en 2011, les tablettes conçues par le groupe parisien Unowhy étaient fabriquées en Chine, avant d’être rapatriées en France, plus précisément en Saône-et-Loire. D’abord dans l’entreprise Eolane, à Montceau-les-Mines, et ensuite chez BSE au Creusot, spécialiste de la conception et de la fabrication de cartes et d’équipements électroniques. Une aventure qui a débuté en 2009 avec Qooq, première tablette à sortir sur le marché avant l’Ipad, orientée plutôt cuisine. « Avec une mère enseignante de lettres classiques, je me suis toujours intéressé de très près à l’éducation », mets en avant Jean-Yves Hepp, PDG d’Unowhy. « C’est comme cela que nous avons mis au point la tablette éducative Sqool avec le Département de Saône-et-Loire et l’Académie de Bourgogne. »

 

… AUJOURD’HUI, ELLES VEULENT PARTIR À LA CONQUÊTE DU MONDE

Jean-Yves Hepp, PDG d’Unowhy, concepteur des tablettes Qooq et Sqool fabriquées depuis 8 ans en Saône-et-Loire.   Photo  Le JSL

Jean-Yves Hepp, PDG d’Unowhy, concepteur des tablettes Qooq et Sqool fabriquées depuis 8 ans en Saône-et-Loire. Photo Le JSL

 

Il est loin le temps où 17 collèges, 8 500 enfants et 350 professeurs de Saône-et-Loire ont eu en premier les tablettes éducatives Sqool dans les mains, en 2011. Désormais, elle équipe plus de 200 collectivités en France. « Nous avons l’ambition de passer devant Apple, espère Jean-Yves Hepp, PDG du groupe Unowhy. Nous deviendrions ainsi le premier acteur numérique français dans l’éducation. »

Un outil d’apprentissage

Les détracteurs des tablettes, qui se substituent aux livres dans les cartables, peuvent parfois mettre en avant le potentiel danger des écrans dans le développement cognitif des enfants. « Aucune étude ne le prouve, insiste Jean-Yves Hepp. Les enseignants gardent le contrôle sur les contenus des tablettes. Pour les enfants, cet outil est associé à l’apprentissage et au travail. Ils ne sont pas en permanence dessus, comme ils ne sont pas toute la journée la tête dans leurs livres. L’usage des tablettes est bien souvent plus raisonné à l’école qu’à la maison. »

Sqool est désormais disponible du CP, voire des classes de maternelle, jusqu’à la terminale. Le PDG d’Unowhy ambitionne, en collaboration avec le groupe La Poste, de séduire les 18 à 25 ans. « Nous souhaitons également équiper des pays francophones, par exemple en Afrique. Il est plus facile d’avoir une tablette que de construire une école. Nous sommes également en discussion avec des pays européens, la Croatie et d’autres. »

Nous avons l’ambition de passer devant Apple.

Jean-Yves Hepp, PDG du groupe Unowhy

03
AVR
2019

TRACES ECRITES News : « Un Club French Fab Bourgogne naît en Saône-et-Loire pour promouvoir l’industrie »

 

frenchlab

Etudiants à la découverte des entreprises industrielles au French Fab Tour de passage au Creusot le 21 mars 2019.

 

De passage le 21 mars au Creusot, dans leader de la Semaine de l’Industrie, le French Fab Tour débouche sur le projet de création d’une déclinaison bourguignonne de cet étendard de l’industrie française lancé par Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances en 2017.
Sandrine Lonak, responsable Développement commercial & Industrialisation des nouveaux produits chez BSE Electronic au Creusot  et Romain Pellet, responsable marketing de ATS Ingenierie à Montchanin, sont les chevilles ouvrières du Club French Fab Bourgogne avec le soutien de la French Fab & BPI et de la Région Bourgogne-Franche-Comté.
Le bassin d’emploi du Creusot-Montceau est une parfaite illustration des savoir-faire industriels français, entre la métallurgie, la mécanique, l’ingénierie. Régulièrement, leurs entreprises ouvrent leurs portes aux étudiants pour leur faire connaître le potentiel des métiers de l’industrie. Au French Fab Tour, ils sont venus rencontrer des industriels, CV en main. « On attendait beaucoup d’étudiants, on a pas été déçus », commente Rodolphe Roy, président d’ATS Ingenierie. C.P.

 

03
AVR
2019

Creusot Infos : « L’entreprise BSE a connecté les premières baguettes de batterie au monde »

C’est une prouesse mondiale que l’entreprise du Creusot BSE Electronic a réalisée. A savoir connecter des baguettes de batterie à un téléphone.

 

Une prouesse qui permet à un batteur amateur ou professionnel de jouer partout… Y compris chez lui dans un immeuble, sans casser la tête à ses voisins. Une vraie fierté pour les équipes de BSE.

La musique est un des carburants de la vie, mais à un moment ou à un autre, on a tous un problème avec la musique. Car elle peut être bruyante et forcément ça ne plait pas toujours aux voisins les plus proches. Bref la musique n’adoucit pas toujours les mœurs…
C’est bien pour cela, mais aussi parce que l’équipement est volumineux, que Jérôme Dron, batteur amateur, a imaginé des baguettes connectées. Et c’est l’entreprise creusotine BSE qui a accédé au rêve du créateur de la start-up Redison, établie à Lens dans le Pas de Calais.
Jérôme Dron était lundi au Creusot où il est venu rencontrer les professionnels de l’entreprise qui ont concrétisé son rêve.
«C’est un projet que j’ai débuté en 2017. J’ai lancé un financement participatif qui m’a permis de collecter 100.000 euros. L’idée ça fait déjà 3 ans qu’elle me trottait dans la tête», explique le jeune dirigeant.
Il a voulu répondre à ceux qui se considèrent comme des musiciens frustrés, ne pouvant pas exercer leur passion comme ils le souhaitent. «Comme je sais que l’on peut faire aujourd’hui plein de trucs avec un téléphone, j’ai imaginé une solution dans ce sens».
Jérôme Dron en avait rêvé. BSE Electronic l’a fait. En fait des capteurs sont installés sur les baguettes.  Le résultat est saisissant. Il suffit de placer les capteurs sur les baguettes, de se connecter à l’application et c’est parti ! On peut jouer en tapant sur son canapé et tout est traduit en musique par le téléphone. Le rythme, l’intensité… Le génie de l’invention c’est que ce n’est pas de la musique électronique comme n’importe quel ordinateur peut en produire en jouant avec son clavier. Non, le génie c’est que les gestes du batteur sont traduits comme en vrai.
Le produit s’adresse aux nouveaux batteurs, aux enfants en école de musique, aux amateurs et aux batteurs professionnels. Jérôme Dron devrait d’ailleurs signer sous peu un contrat avec un grand nom du hard rock.
La boite de 4 capteurs est vendue 219 euros. Et ça marche. Le produit sorti fin 2018 a déjà été vendu à 1500 exemplaires, dont la moitié en France et un gros tiers aux Etats-Unis…
Pourquoi le jeune entrepreneur a-t-il choisi l’entreprise BSE au Creusot ? «Je voulais une entreprise française et BSE a été très très réactive». Sandrine Lonak, responsable développement commercial et du département introduction Nouveaux Produits, mais aussi en charge du Marketing et de la Communication, assure que BSE a tout de suite adhéré : «Car c’est un produit qui motive».
BSE a donc relevé le défi pour le plus grand bonheur de Jérôme Dron qui avait une formation initiale en marketing et web et qui ne manque pas de préciser, avec le sourire, qu’une partie de sa famille est originaire de Gueugnon.
L’entreprise BSE Electronic continue donc de surfer sur les succès. Comme la visite d’une délégation croate l’avait montré récemment, avec la perspective de voir des tablettes numériques éducatives, assemblées au Creusot, être adoptées en Croatie. En Saône-et-Loire, elles sont plébiscitées dans les Collèges. Le conseil départemental en a déjà acquis 8900 (cliquez ici pour lire notre précédent article).

Alain BOLLERY

(Photos Alain BOLLERY)

 

 

 

02
AVR
2019

Journal de Saône-et-Loire : »Les lauréats des Trophées des entreprises invités par les sénateurs »

Les sénateurs de Saône-et-Loire ont pris la bonne habitude d’inviter les lauréats des Trophées des entreprises chaque année. Photo JSL /DR

Les sénateurs de Saône-et-Loire ont pris la bonne habitude d’inviter les lauréats des Trophées des entreprises chaque année. Photo JSL /DR

 

Le jeudi 28 mars, les sénateurs de Saône-et-Loire Marie Mercier et Jean Paul Emorine ont invité les lauréats de l’édition 2019 des Trophées des entreprises organisés par le Journal de Saône-et-Loire, pour participer à la rencontre annuelle de la Journée des entreprises au Sénat. Organisé à l’initiative de la délégation aux entreprises depuis 2016, cet évènement vise à renforcer les échanges entre le monde entrepreneurial et le Sénat. Chaque sénateur est sollicité pour proposer à des entrepreneurs de son département de s’associer aux tables rondes thématiques. Cette année encore, la Saône-et-Loire était l’un des départements les mieux représentés avec 16 acteurs du monde économique local.

La matinée a été consacrée à dresser un bilan des échanges de terrain entre les sénateurs et les entreprises. Deux axes principaux ont été abordés, les témoignages de sénateurs s’étant prêtés à l’exercice d’une immersion en entreprise d’une part, et la lutte contre les sur-transpositions de directives européennes en droit français d’autre part. L’après-midi, ce sont les enjeux du bien-être en entreprise ainsi que les améliorations à apporter qui ont retenu l’attention des participants.

01
AVR
2019

Creusot Infos « SAONE-ET-LOIRE : Des entrepreneurs accueillis, au Sénat, par Marie Mercier et Jean-Paul Emorine »

 

 

Jeudi 28 mars, les sénateurs de Saône-et-Loire Marie Mercier et Jean Paul Emorine ont reçu les lauréats de l’édition 2019 des Trophées des entreprises du Journal de Saône-et-Loire pour participer à la rencontre annuelle de la Journée des entreprises au Sénat. Organisé à l’initiative de la délégation aux entreprises depuis 2016, cet évènement vise à renforcer les échanges entre le monde entrepreneurial et le Sénat. Chaque sénateur est sollicité pour proposer à des entrepreneurs de son département de s’associer aux tables rondes thématiques. Cette année encore, la Saône-et-Loire était l’un des départements les mieux représentés avec 16 acteurs du monde économique local.Après le discours d’ouverture du président du Sénat Gérard Larcher et une présentation du programme de la journée par Elisabeth Lamure, sénateur du Rhône et présidente de la Délégation aux entreprises, la matinée a été consacrée à dresser un bilan des échanges de terrain entre les sénateurs et les entreprises. Deux axes principaux ont été abordés, les témoignages de sénateurs s’étant prêtés à l’exercice d’une immersion en entreprise d’une part, et la lutte contre les sur-transpositions de directives européennes en droit français d’autre part. L’après-midi, ce sont les enjeux du bien-être en entreprise ainsi que les améliorations à apporter qui ont retenu l’attention des participants.

Charles Paget (Collections Paget), Sandrine Lonak (BSE Electronic), Christine Lioi (Atelier Alizarine Lioi), Jean-François Chambard et Sébastien Viol (Arti Rénovation Conseil), Marie Mercier (sénateur de Saône-et-Loire), Yong-Gon Li (Vilux), Chantal Andriot (Toolix Steel Design), Charles-Henri Dufraigne (Dufraigne), Victor Landré (Vilux), Jean Paul Emorine (sénateur de Saône-et-Loire), Daniel Porte (SAS Monnet), Vincent Ducroux (SAS Sivignon TP), Estelle Brunaud (Cybest Bernard Industries), Etienne Vindigni (Learn In Virtual Environnement), Michel de Saint-Jean (Les ateliers Gauthier SAS), Sébastien Bomont (TPGEO), Blaise La Selve (Savoirs Plus)