logo bse electronic

Electronic
Manufacturing
Services

Building Success Together

04
AVR
2019

Journal de Saône-et-Loire : « Les tablettes éducatives Sqool ont vu le jour dans le département… »

comment : 0

Les tablettes éducatives Sqool ont déjà été déployées dans plus de 200 collectivités : 30 Départements (pour les collèges), cinq Régions (pour les lycées) et plus de 150 Villes (pour les écoles).  Photo JSL

Les tablettes éducatives Sqool ont déjà été déployées dans plus de 200 collectivités : 30 Départements (pour les collèges), cinq Régions (pour les lycées) et plus de 150 Villes (pour les écoles).  Photo JSL

 

Jusqu’en 2011, les tablettes conçues par le groupe parisien Unowhy étaient fabriquées en Chine, avant d’être rapatriées en France, plus précisément en Saône-et-Loire. D’abord dans l’entreprise Eolane, à Montceau-les-Mines, et ensuite chez BSE au Creusot, spécialiste de la conception et de la fabrication de cartes et d’équipements électroniques. Une aventure qui a débuté en 2009 avec Qooq, première tablette à sortir sur le marché avant l’Ipad, orientée plutôt cuisine. « Avec une mère enseignante de lettres classiques, je me suis toujours intéressé de très près à l’éducation », mets en avant Jean-Yves Hepp, PDG d’Unowhy. « C’est comme cela que nous avons mis au point la tablette éducative Sqool avec le Département de Saône-et-Loire et l’Académie de Bourgogne. »

 

… AUJOURD’HUI, ELLES VEULENT PARTIR À LA CONQUÊTE DU MONDE

Jean-Yves Hepp, PDG d’Unowhy, concepteur des tablettes Qooq et Sqool fabriquées depuis 8 ans en Saône-et-Loire.   Photo  Le JSL

Jean-Yves Hepp, PDG d’Unowhy, concepteur des tablettes Qooq et Sqool fabriquées depuis 8 ans en Saône-et-Loire. Photo Le JSL

 

Il est loin le temps où 17 collèges, 8 500 enfants et 350 professeurs de Saône-et-Loire ont eu en premier les tablettes éducatives Sqool dans les mains, en 2011. Désormais, elle équipe plus de 200 collectivités en France. « Nous avons l’ambition de passer devant Apple, espère Jean-Yves Hepp, PDG du groupe Unowhy. Nous deviendrions ainsi le premier acteur numérique français dans l’éducation. »

Un outil d’apprentissage

Les détracteurs des tablettes, qui se substituent aux livres dans les cartables, peuvent parfois mettre en avant le potentiel danger des écrans dans le développement cognitif des enfants. « Aucune étude ne le prouve, insiste Jean-Yves Hepp. Les enseignants gardent le contrôle sur les contenus des tablettes. Pour les enfants, cet outil est associé à l’apprentissage et au travail. Ils ne sont pas en permanence dessus, comme ils ne sont pas toute la journée la tête dans leurs livres. L’usage des tablettes est bien souvent plus raisonné à l’école qu’à la maison. »

Sqool est désormais disponible du CP, voire des classes de maternelle, jusqu’à la terminale. Le PDG d’Unowhy ambitionne, en collaboration avec le groupe La Poste, de séduire les 18 à 25 ans. « Nous souhaitons également équiper des pays francophones, par exemple en Afrique. Il est plus facile d’avoir une tablette que de construire une école. Nous sommes également en discussion avec des pays européens, la Croatie et d’autres. »

Nous avons l’ambition de passer devant Apple.

Jean-Yves Hepp, PDG du groupe Unowhy