Loading color scheme

 LE "MADE IN FRANCE"

UNE RÉALITÉ HISTORIQUE

POUR

 

BSE ELECTRONIC

 

Les Cahiers de l'Industrie Electronique et Numérique :

BSE parie sur les objets  connectés  et sur le  « made  in France»

En célébrant en septembre 2017 ses 30 années d’existence, la société de Saône et Loire a démontré sa fidélité aux objectifs de ses fondateurs et affirmé son attachement à une production sur le territoire français.

Pendant la période qui a précédé et suivi l’élection présidentielle, BSE a reçu la visite d’un certain nombre d’hommes politiques de haut niveau.

L’entreprise du Creusot spécialisée dans la conception et la fabrication de solutions électroniques globales et d’équipements, s’est imposée à eux comme une excellente vitrine de communication. Une PME innovante, dynamique, collaborative, qui défend bec et ongles le made in France, quel meilleur symbole pour illustrer une excellence nationale revendiquée ?

Chez BSE, l’excellence se vit tous les jours. Et le dynamisme du sous-traitant ne date pas d’hier. Car dès son origine, la volonté de ses créateurs Jean-Marie Maublanc et Daniel Puymèges a été d’en faire une entreprise largement ouverte sur de nouveaux clients, de nouvelles technologies.

Pari tenu, BSE qui a fêté ses 30 ans en septembre 2017, déploie ses productions sur des segments tels que la sécurité, le multimédia, le médical, la domotique, l’industrie, l’IOT, les télécommunications, et accumule les succès en remportant des marchés de produits de très haute technologie.

Mieux encore, Bourgogne Services Electronique s’impose comme un partenaire privilégié des start up. Cette vague d’innovations requiert du partenaire industriel, des compétences technologiques spécifiques et une adaptabilité à toute épreuve.

Marc Balussaud, qui a pris les rênes de BSE en 1998, a fort bien relevé ce défi.

  

Marc BALUSSAUD

« Avoir toujours un coup d’avance »

« Il faut toujours avoir un coup d’avance », prône-t-il.  Ainsi, entre 2013 et 2014, le sous-traitant a développé un vaste plan d’investissement de plus de 2,5 M€ : une ligne CMS à grande capacité (8 millions de composants/mois) un système d’inspection de dépôt de sérigraphie, deux AOI, des vagues sélectives sous azote, un équipement rayon X de dernière génération, un robot de vernissage, un laboratoire CEM pour son département R&D. Mais BSE ne s’arrête pas en si bon chemin et Marc Balussaud prévoit un investissement tout aussi important pour les années à venir « notamment sur la partie qualité, robotisation, procédés spéciaux, intégration » pour faire face à une très forte demande dans les objets connectés et une montée en puissance de la miniaturisation.

Partenariats et collaborations

Forte de sa technologie et de ses valeurs, BSE est très impliquée dans ce segment très dynamique. Les objets connectés représentent 30 à 40% de l’activité. L’expertise de BSE, et de ses ingénieurs spécialisés dans les domaines de l’ultra low power, les systèmes embarqués, les transmissions radio et communications de tout types, les systèmes temps réel, et autres interfaces tactiles, est un atout majeur. Récemment, BSE a développé un partenariat avec l’éditeur de logiciels nantais IS2T, qui lui a fourni l’interface logicielle qui lui manquait pour réaliser des objets connectés sécurisés à un coût optimisé – et  un temps réduit de mise sur le marché. BSE a également rejoint le club des partenaires de Scientipôle pour apporter ses compétences dans l’accélération de la phase d’industrialisation des start up hardware. BSE n’hésite pas non plus, en fonction de ses besoins, à collaborer avec des bureaux d’études indépendants ou universitaires.

Les écosystèmes dynamisent aussi le « made in France »…

« Nous nous battons pour le made in France, et nous sommes convaincus que nous sommes meilleurs à plusieurs », affirme Sandrine Lonak, la responsable du développement commercial. « L’écosystème sert à gagner des affaires grâce à la coopération de plusieurs entreprises complémentaires ».

Marc Balussaud souligne « Le partenariat avec IS2T et un designer nous a permis de prendre une belle affaire à l’export, et de décrocher un marché global de plusieurs millions d’Euros. A l’inverse, certains partenaires ont amené de nouveaux clients chez BSE. C’est un écosystème qui s’autoalimente », dit Marc Balussaud. « Nous disposons par exemple dans l’écosystème d’excellents designers pour la mécanique, la plasturgie, le packaging. Nous assurons le stockage et nous pouvons également accompagner nos clients jusqu’à la livraison d’un produit chez leurs distributeurs ».

BSE se positionne sur tous les fronts du service : « Nous sommes non seulement le bras industriel de nos clients, mais aussi leur bras logistique» renchérit Sandrine Lonak.

« On peut produire en France et rester concurrentiel »

Au travers de son expertise dans le domaine des IoT, Marc Balussaud entend renforcer les valeurs de base de BSE. Innovation, réactivité, agilité, excellence – « bon du premier coup voilà l’ADN de BSE » appuie Sandrine Lonak. Des valeurs qui ont fait leur preuve dans l’accompagnement des start up, éloignées du monde industriel, mais qui a aussi permis a BSE d’exercer son agilité et respecter le time to market. Cette collaboration est fructueuse. « C’est une excellente carte de visite dans un milieu où toutes les start up « se connaissent, et se retrouvent notamment au CES Las Vegas (Consumer Electronic Show) ».

L’ADN de BSE ne se résume pourtant pas à l’excellence industrielle : l’entreprise porte les couleurs du made in France et a rejoint en 2017 la French Fab. Ainsi Marc Balussaud et son équipe sont légitimement fiers d’avoir rapatrié un système de téléassistance fabriqué en Chine, tout en abaissant, grâce à l’automatisation, son coût de production de 20%.

BSE – 2013 - Mise en place de la nouvelle ligne automatisée CMS